Historique du 16ème

Historique du 16ème Léger

 

Une première unité faisant apparaître le numéro 16 dans l’Infanterie Légère a été créé en 1794, à Toulon. Il s'agit de la 16ème demi-brigade légère de première formation, formée des unités suivantes : 

- 16ème bataillon de chasseurs,

- 1er bataillon de l'Aveyron, 

- 8ème bataillon de l'Isère (de Belley).

 

D'autre part, en Corse, le 16ème Bataillon de Volontaires Corses est levé le 1er mai 1793 à SAINT FLORENT. Il est commandé par Antoine GENTILI. Il est remplacé en février 1794 par Pierre BONELLI, un proche de la famille BONAPARTE. C'est à la tête de ce bataillon que GENTILI est blessé devant Fornali lors de l'assaut anglais sur Saint-Florent. Sa belle conduite lui valut sa nomination de général. Le 16ème bataillon tient la tour qui assure la défense de la baie de la Mortella que les Anglais aidés des paolistes vont attaquer le 8 février 1794. La tour est défendue par 38 hommes et 3 pièces de canon. Après deux jours de combat, sans espoir d’être secourus, les défenseurs de la Mortella capitulent. Le 18 septembre 1793, le 16ème bataillon est engagé aux combats pour la défense de Barbaggio et de Patrimonio. Le bataillon est compris dans la capitulation de Bastia. Il est rapatrié sur Nice, où il arrive ne comptant que 75 hommes. Il est amalgamé en août 1794 (12 octobre 1794 à Toulon) avec le 1er Bataillon de l'Aveyron et le 1er Bataillon de l'Ain (8ème Bataillon de l'Isère) pour former la 16ème Demi-Brigade Légère.

En avril 1795, la 16ème Demi-Brigade Légère passe à l'armée d'Italie sous MASSENA. Elle combat à Loano le 23 novembre 1795. En 1796, au début de la première campagne d'Italie (état de situation du 9 avril 1796), elle fait partie de la 1ière division d'avant-garde commandée par le général de division LAHARPE, général en chef : Napoléon BONAPARTE. Son effectif est le suivant : 16ème demi-brigade légère basée à Savone avec 537 hommes, le 11ème bataillon de l'Ain, également à Savone avec 730 hommes et le 5ème bataillon des Basses-Alpes, aussi à Savone, avec 125 hommes, soit un effectif total de 1 392 hommes. A la réorganisation, elle est amalgamée le 25 mai 1796 (18 nivôse an IV) avec ces unités : le 11ème bataillon de l'Ain et le 5ème bataillon des Basses Alpes pour former la 22ème Demi-Brigade Légère. Elle devient 22ème Régiment d'Infanterie Légère en 1803.

 

Parallèlement, une 16ème demi-brigade légère (bis) de première formation avait été formée des unités suivantes : 

- 16ème bataillon de chasseurs (autre),
- 1er bataillon de chasseurs de la Meuse,
- bataillon de chasseurs du Rhin (Bas-Rhin),
- 6ème bataillon de chasseurs du Nord.
A la réorganisation de 1796 (18 nivôse an IV), elle entra dans la composition de la 26ème demi-brigade légère de seconde formation.

 (Congé absolu de la 16ème bis demi-brigade d'infanterie légère - collection personnelle de l'auteur).

 La 16ème demi-brigade légère de deuxième formation a été formée en 1796 (arrêté du 18 nivôse an IV) à partir des unités suivantes :

 - 12ème demi-brigade légère de première formation,

23ème demi-brigade légère de première formation,

- 3ème bataillon de la 204ème demi-brigade de première formation

(Autre congé absolu de la 16ème demi-brigade d'infanterie légère de deuxième formation :

congé-absolucollection personnelle de l'auteur)

En 1796 puis 1797, deux de ses bataillons rejoignent l’armée du Rhin après avoir passés le fleuve sous le feu ennemi. En 1798, avec l’armée d’Helvétie de MASSENA, il occupe berne, Genève et Zurich.

En mars 1799, à Gênes, le capitaine GHENESSER et 165 hommes résistent face aux autrichiens, pendant deux mois. Après avoir détruit leurs pièces, les survivants doivent se rendre.

Par arrêté des consuls du 9 fructidor an 8 (27 août 1800), la 16e demi-brigade légère est réduite à deux bataillons.

Un nouveau congé absolu de retraite d'un chasseur de la compagnie "auxiliaire ?" de la 16ème Demi-Brigade d'Infanterie Légère, daté de 1798, et comportant, entre autres, la signature du général Sainte Suzanne :

20160629 16e db legere conge retraite 04

 

20160629 16e db legere conge retraite 05

(collection personnelle de l'auteur).

En 1803, par l'arrêté du 1er vendémiaire an XII (24 septembre 1803), la 16ème demi-brigade d’infanterie légère devient 16ème régiment d’infanterie légère sous les ordres du colonel HARISPE. Ses premier et deuxième bataillons sont stationnés à Belle-Ile, le troisième sur l'Ile de Groix et le quatrième à Lorient. Il est affecté, au camp de Boulogne, à la première brigade de la 1ère division du 7ème corps d’armée du maréchal AUGEREAU, stationné à Brest. Parti de cette ville, le 2 septembre 1805, il franchit le Rhin à Huningue le 25 octobre de la même année.

Après la capitulation du général autrichien JELLACHICH à Dornbird, le 15 novembre, le 7ème corps occupe Ulm et le 16ème rejoint les environs de Francfort où il est cantonné jusqu’au mois d’octobre 1806.

 

Pour la campagne de Prusse de 1806, toujours au 7ème corps, il fait partie de la brigade LAPISSE, division DESJARDINS. Son colonel est toujours le colonel HARISPE.

Colonel HARISPE

Le 14 octobre, à Iéna, le 16ème se porte avec sa brigade en avant du plateau au-dessus de la ville. Au cours de cette journée, le 16ème prend 17 pièces de canons mais perd 5 officiers et 31 sous-officiers et soldats. Il a également 19 officiers et 388 sous-officiers et soldats blessés. A l’issue, le 16ème entre à Berlin et y séjourne jusqu’au 6 novembre.

 

A Golymin, le 26 décembre, le régiment harcèle les russes, puis à Eylau (08 février 1087), sous les ordres du colonel DELLARD qui a remplacé HARISPE blessé à Iéna, il se porte sur la ligne ennemie et rompt plusieurs bataillons. Le 16ème voit anéantir la moitié de son effectif par la mitraille vomie de 72 pièces démasquées d’un seul coup. 35 officiers sont mis hors de combat.

 

En 1808, le 16ème fait partie du 1er corps de l’armée d’Espagne, brigade MAISON, division LAPISSE, pendant que son 4ème bataillon reste en Allemagne. Le 10 novembre, le général MAISON à la tête du 16ème gravit les pentes d’Espinosa sous un tir plongeant et met les espagnols en déroute. Le 2 décembre, NAPOLEON étant présent, le 16ème donne seul et se rend maître des faubourgs.

 

Le 27 juillet 1809, à Talavera de la Reyna, après avoir franchi l’Albuerche, le 16ème , aidé de 4 bouches à feu, serre de près 6 000 anglais. Avec l’aide des 31ème et 87ème régiments d’infanterie de ligne, il casse les deux régiments anglais. Dans cette bataille, son colonel est blessé, tandis que près de 400 hommes et officiers sont mis hors de combat, et que le général LAPISSE qui était à sa tête, est tué.

Il a participé également à la campagne d’Autriche de 1809, d’abord sous le commandement du maréchal LANNES, dans la division THARREAU, brigade CONROUX avec son 4ème bataillon. Il composait, avec les 4ème bataillons des 9ème Léger et 27ème léger, la 3ème demi-brigade d’infanterie légère. Au moment de la bataille d’Essling, toujours dans la division THARREAU, il intègre le corps d’OUDINOT. Il participe ensuite à la bataille de Wagram, division FRERE, 2ème division d’infanterie du 2ème corps d’Oudinot, brigade COËHORN, avec son 4ème bataillon, les 4ème bataillons des 17ème, 21ème, 26ème et 28ème régiments d'infanterie légère, et le bataillon des tirailleurs du Pô, sous le commandement du major SALMON, au sein de la division des grenadiers réunis.

 

Après avoir été cité deux fois aux journées d’Elbosquet et de Moguer, le 16ème est placé devant le village d’Albuera, le 16 mai 1811, où il résiste énergiquement. A la Palma, le même jour, le deuxième bataillon soutient l’assaut d’une division de 5 000 hommes et 600 cavaliers. En 1812, en Andalousie, le 16ème mène une lutte sans trêve contre l’ennemie. En octobre 1813, il est sur la Bidassoa, et fait partie de la brigade CHASSE, 2ème division du général DARMAGNAC.

 

Le 2 mai 1813, pour la bataille de Lützen, le 3ème bataillon du 16, commandé par le chef de bataillon RUFFAT, fait partie de la 1ère brigade (gdb CHEMINEAU) de la 8ème division d'infanterie, IIIème corps du Maréchal NEY. Il comprend 16 officiers et 691 hommes. Quelques temps plus tard, les 20 et 21 mai 1813,toujours sous les ordres du Maréchal NEY, le 3ème bataillon fait partie du 10ème régiment provisoire d'infanterie légère, première brigade du général CHASSEREAUX, 8ème division d'infanterie du général SOUHAM.

Les 26 et 27 août 1813, pour la bataille de Dresde, le 2ème bataillon du 16ème Léger commandé par BOUVIEU compose avec le 1er bataillon du 1er léger, la 34ème demi-brigade provisoire sous les ordres du major CHAPSAL et fait partie de la 1ère brigade (gdb PAILLARD) de la 44ème division d'infanterie du gdd BERTHEZENE du XIV corps du maréchal GOUVION SAINT CYR.

Le 31 octobre 1813, deuxième journée de la bataille de Hanau, le 16ème fait partie de la 1ère brigade, général ?, au sein de la 8ème division du général de brigade VERGEZ, IIIème corps du général de division SOUHAM. Après cette bataille, le décret impérial du 07 novembre 1813 réorganise l'armée. Le deuxième bataillon du 16ème est toujours au sein de la 8ème division d'infanterie qui est désormais commandée par le général RICARD, au sein du IIIème corps d'armée. Il ne comprend plus que 19 officiers et 313 hommes. Il participe ensuite à la bataille de Leipzig (1813).

 

Lorsque débute la campagne de France, nous trouvons au 21 mars 1814, un bataillon du 16ème Léger à la brigade CHASSE, division LEVAL, au 7ème corps du maréchal OUDINOT. Puis lors de la bataille de Fère-Champenoise, nous le trouvons à la division RICARD au 6ème corps du maréchal MARMONT.

Le 16ème Régiment d’Infanterie Légère est un des régiments d’infanterie légère qui s’est distingué pendant la campagne de France de 1814, et notamment lors de la bataille de Reims (13 mars 1814), lorsqu’il reprit la colline Sainte Geneviève aux troupes russes, par une charge à la baïonnette. Il a également combattu à Champaubert, Montmirail, Arcis-sur-Aube et Belleville où il se heurtera aux russes avant d’être dissout.

 

Il est rétabli en 1816 en donnant naissance à la Légion de Haute-Saône.

 

Quelques documents concernant le 16ème Léger :

CERTIFICAT D'ACTIVITES DE SERVICE :

Certificat d'activité de service

 Avec l'aimable autorisation de l'association SHERI

FICHE D'ENROLEMENT VOLONTAIRE :

Fiche d'enrôlement volontaire

 Avec l'aimable autorisation de l'association SHERI

 

ETATS DE SERVICE DU LIEUTENANT MENOT, officier au 16ème Régiment d'Infanterie Légère en 1814 :

Etat de services du CNE MENOT

 

 

Commentaires (1)

menot
  • 1. menot | 30/05/2016
Je viens de constatez qu un de mes ancetres du nom de menot et natif lui aussi de l aveyron ou du moins du sud ouest etait lieutenant dans l armee sachant que j aie aussi 2 ancetres eux memes etaient voltigeurs aussi a cet époque je souhaiterai si possible obtenir un extrait de naissance afin de poursuivre mes recherchesz car sur le papier s est trés illisible merci de donnez suite a ma demande mde menot 17 rue georges duhamel 75015

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 29/06/2016

×